QU'EST CE QUE LA SLOW FASHION ?

La Slow Fashion revisite notre manière de consommer la mode au profit de vêtements de meilleure qualité, éco conçus et durables. Cette démarche éco-responsable est portée par un nouvel éco système de jeunes marques désireuses de porter des valeurs et des consommateurs souhaitant consommer autrement. Décryptage et mode d'emploi ! 

"Le concept de slow fashion revisite notre manière de consommer la mode au profit de vêtements de meilleure qualité, éco-conçus et durables."

Le terme Slow fashion est né par opposition à la "fast fashion" entrainant depuis une trentaine d'années une hyper-consommation du vêtement. Ce segment de l'industrie textile se caractérise par un renouvellement permanent de ses collections, jusqu'à plusieurs fois par
mois. Les vêtements de piètre qualité sont pensés  avec une "obsolescence programmée" et sont vendus à un coût particulièrement bas. Prônant la consommation de masse, les grandes enseignes de mode comme H&M, Pull and Bear, Zara ou encore Primark incitent perpétuellement les consommateurs à acheter et à racheter grâce à des off res marketing agressives, des sollicitations permanentes et des publicités de rêve.  
Faisant face à cette industrie du textile de masse, le mouvement SLOW fashion invite, quant à lui à plus de sobriété : à "ralentir" et à repenser nos comportements d’achat. Plutôt que de changer, jeter et renouveler sans cesse nos vêtements, il appelle à désirer son vêtement, à s'assurer de son réel besoin et bien sûr, à favoriser un vêtement de qualité, durable et éco-responsable. Telle est la proposition de la Slow Fashion : "Consommer moins mais mieux" ! D’ailleurs, ce courant est assimilé aux termes de “mode durable”, “mode éthique” ou encore “mode éco-responsable”. La Slow fashion permet de façon plus générale de prendre conscience de nos comportements et de leurs impacts sur le monde qui nous entoure. Favorisée par des prises de conscience liées à l'urgence climatique, à des catastrophes telles que l'effondrement du Rana Plazza ou encore à la crise mondiale du Covid (qu'en sera t'il demain ?), cette tendance du "moins mais mieux" prend aujourd'hui une réelle ampleur.  Alors, qu 'est-ce que la slow Fashion ? Quels rôles tiennent les jeunes marques dans cette révolution de la mode ? Comment se tourner vers ce mode de  consommation ? Décryptage.

SLOW FASHION, C’EST QUOI ?

La slow fashion, aussi connue sous l’appellation “slow ware”, affiche donc clairement son positionnement en opposition à la fast fashion. Sa Priorité ? Redonner de la valeur au vêtement et à l'acte d'achat, garantir une qualité de vêtements mais aussi avoir une réelle attention concernant le choix des matières, les conditions et lieux de production. La slow fashion mise donc sur une mode éthique et durable. Elle n'hésite pas à être transparente sur ses coulisses et sur ses choix de production. Elle reprend souvent le terme de "prix juste " pour évoquer la manière dont elle calcule le prix grand public de ses articles depuis son coût de revient. Elle se tourne plus généralement vers une démarche écolo et un mode de vie durable. La slow fashion vise la qualité plutôt que la quantité.

ENGAGEMENT DES MARQUES ÉTHIQUES

La démarche entreprise par la Slow Fashion est une démarche globale portant sur l'ensemble des aspects de la création vestimentaire : elle est humaine en respect de l'ensemble des intervenants sur sa chaine de valeur et de ses consommateurs, environnementale en essayant de réduire le plus possible son empreinte sur l'environnement et bien sûr sociale et économique. 

LES MÉTHODES DE PRODUCTION

 

Fini la production de masse, la slow fashion mise sur une production moins intensive. Les petites quantités sont ainsi privilégiées voire certaines marques proposent leurs collections en co-création et en pré-commande. Cela permet entre autre de maîtriser les coûts et de limiter l'empreinte environnementale. 

LES LIEUX DE PRODUCTION

 

Idéalement les productions locales avec le made in France ou le made in Europe !

Ces lieux de production sont privilégiés pour :

  • réduire l'empreinte carbone en termes de proximité mais aussi de mix énergétique
  • assurer des conditions de travail décentes et un salaire minimum permettant aux ouvriers de l'industrie de vivre correctement
  • dynamiser l'économie locale
  • perpétuer des savoir-faire (en voix de disparition avec la désindustrialisation française) !

Le made in India n'est pour autant pas non plus à bannir si ce choix est motivé par la recherche d'un savoir-faire particulier ou par la volonté de proposer un commerce équitable bénéficiant aux femmes par exemple ou à des artisans locaux. 

LE CHOIX DES MATIÈRES

 

Les matière naturelles comme le coton bio, le lin ou le chanvre, certaines matières artificielles (transformées) telles que le Tencel (bois d'eucalyptus) ou le Micromodal (bois de hêtre – Fil Lenzing) et bien sûr, les matières recyclées.

Chaque matière est sélectionnée pour ses qualités intrinsèques, son impact sur l'environnement et sa durabilité (l'idée étant d'acheter mais pas de racheter un même article). 

LA LABELLISATION

 

La slow fashion favorise des teintes et des cycles de transformation les plus respectueux de l’environnement mais aussi de la santé de l'homme. Certains labels valident ces process : label Oeko tex, GOTS pour ne citer qu'eux ! A titre d'exemple, la certification Oeko-Tex garantit l'absence (ou la très faible teneur) de substances indésirables tels que le formaldéhyde, les métaux lourds, les phénols chlorés, pesticides, les phtalates, les colorants cancérigènes... La liste peut être impressionnante ! 

D'autres labels tels que la certification Origine France Garantie vont s'attacher davantage à verifier les lieux de production de manière à éviter le freen washing par exemple ! 

FOCUS SUR THELMA ROSE, UN DRESSING MINIMALISTE 100% MADE IN FRANCE ET ULTRA QUALI !

La marque Thelma-Rose propose une garde  robe minimaliste, remplie de féminité et de douceur. La marque privilégie les matières douces, agréables à porter et respectueuses de l’environnement. 

Pour confectionner les vêtements pour femmes, Thelma Rose opte pour le micromodal. 

Le Micromodal, présent à 90-92%, désigne une fibre extra fine provenant de la pulpe de hêtre.


Elle est obtenue par l’extraction de la cellulose de bois. Cellulose ensuite transformée en fils par le biais d’un processus chimique. Thelma Rose source exclusivement les fils Lenzing car ce spécialiste des matériaux textiles innovants ne fabrique son fil qu’à partir de bois certifié FSC (Forest Stewardship Council). Par ailleurs, le processus de transformation est réalisé en circuit fermé, permettant de recycler 95% de la solution afin de limiter la pollution. 

A noter également, la production de bois nécessite 10 à 20 fois moins d’eau que le coton.


Les vêtements Thelma Rose contiennent également entre 8 et 10% d'élasthanne, fils pétro-sourcés sans équivalent à ce jour. 


La matière est ensuite tricotée et ennoblie en France et en Italie. Elle répond à la réglementation REACH et est certifiée 
Confiance Textile Oeko-Tex (pas d'intrant toxique pour l'homme et l'environnement). 

La conjugaison des 2 fils offre un jersey particulièrement doux et soyeux en assurant une sensation de seconde peau. Elle propose en outre un joli tombé et un mouvement très féminin. La matière est également pratique, respirante, et solide. 
La totalité de la confection des vêtements et ceintures est assurée dans différents ateliers Français et l'ensemble des modèles sont certifiés Origine France Garantie. 
En prônant la slow fashion et en se jouant des effets de mode, Thelma Rose s'engage pour une mode bien-être, inclusive et durable. 

Le contrôle de l’ensemble de la  chaîne de valeurs et l’absence d’intermédiaires  permettent à Thelma Rose de rendre la qualité la plus abordable possible. L'ensemble de la collection, disponible depuis l'eshop www.thelma-rose.com propose une collection de robes éthiquesdes jupes éco-responsables, des tops made in France ainsi que des accessoires de mode pour femme  “tendance”.  


Encore rare dans le milieu de la mode éthique, la collection Thelma Rose est disponible du 34 au 44. Outre son rapport qualité/prix, le style intemporel de chaque pièce et l'esprit casual-chic de la marque permet à chacune de porter son vêtement en toutes circonstances année après année et ce, avec toujours une immense satisfaction. 

Parmi les best-sellers de la marque, on trouve :

RETOUR SUR UNE PRISE DE CONSCIENCE : LA CATASTROPHE DU RANA PLAZA !

Parmi les événements agitateurs de conscience, l'immeuble Rana Plaza abritant de nombreux ateliers s'est
effondré le 24 avril 2013 à Dacca au Bangladesh emportant avec lui plus de 3000 ouvriers. Cet "accident" a causé la mort de 1135 personnes et les blessures de 2500 rescapés. Lire à ce sujet un article complet sur le site de lexpress. 
Ce drame a notamment mis en lumière :
  • Les conditions désastreuses de travail de ses employés
  • Les salaires incroyablement bas
  • Les heures de travail excessives
  • Le non-respect des normes de sécurité

Révélant les coulisses de l'industrie du textile et un système succursaliste tout à fait dysfonctionnel, cet événement majeur a enclenché une prise de conscience massive et mondiale. 
Devenu bien malgré lui le symbole des dérives de la fast fashion, cet anniversaire est aujourd'hui commémoré dans
130 pays à l'occasion du Fashion Revolution Day. À l’initiative de la créatrice de mode Carry Somers, le collectif FASHION REVOLUTION incite chacun(e) à consommer la mode autrement, à s’interroger sur celles et ceux qui la fabriquent et à réfléchir aux atteintes
portées à l’humain et à l’environnement tout au long de ce processus complexe. Le message : vous avez le
pouvoir de change la mode ! En France, une "loi Rana Plaza" a également été votée en 2017. Elle y instaure un devoir de vigilance pour les grandes multinationales mais y a censuré les dispositions prévoyant toutes sanctions.

COMMENT SE TOURNER VERS LA SLOW FASHION ?

Adhérer à la slow fashion, c’est adopter un mode de consommation plus réfléchi. Découvrez  ci-dessous le guide pour avoir un dressing éco-responsable.

L'IDÉE D'UN DRESSING MINIMALISTE !

Corrélée à cet engagement "slow fashion" pris par les marques, l'idée du dressing minimaliste prend toute sa place. Dans ce cadre, il s'agît de se concentrer sur les pièces essentielles à avoir dans son dressing. Celles qu'on aime porter et qu'on a l'habitude de porter ! Chaque pièce est réfléchie et désirée. Les achats compulsifs, coup de coeur et tentations sont ainsi repoussés ! Le dressing minimaliste est un véritable état d'esprit vers plus de sérénité mais aussi de satisfaction. A titre d'exemple, la marque Thelma Rose reçoit de nombreux témoignages. Et parmi eux, nombreux sont ceux disant : je ne quitte plus ma jupe, je l'adore, je ne voudrais porter qu' elle. C'est mon must-have absolu ! ! . . .
A aucun moment, le minimalisme ne doit rimer avec austérité ! Bien au contraire... 

ETAPE 1 : FAIRE LE TRI DANS SA GARDE-ROBE

Le premier pas vers une garde-robe minimaliste et éthique est de trier tous ses vêtements : pantalons, jupes, robes, débardeurs, tee-shirts, vestes, manteaux. Tout doit être passé au peigne fin. Il en est de même pour les accessoires de mode : chapeaux, chaussures, écharpes, bijoux, sacs, etc. Le but de cette étape ?  Ne garder que les essentiels et sortir tous les autres. Pour ce faire, il est nécessaire de mettre de côté les habits qui ne vous plaisent plus, qui sont trop grands et/ou trop petits, ceux que vous n’avez jamais osé porter, ceux qui sont abîmés et ne peuvent plus être réparés, etc. Ensuite, vous gardez les vêtements que vous aimez bien, que vous portez souvent et qui vous vont. Vous serez peut-être étonné(e) par la quantité de vêtements possédés. A ce titre, sachez que près de 70% à 80% d'une garde-robe reste au placard voire certains vêtements achetés n'ont jamais été portés. Faire un grand tri dans votre garde-robe vous permettra de redécouvrir les beaux vêtements que vous avez peut-être oublié. C’est surtout une façon de “désencombrer” votre penderie et par conséquent votre esprit !
Une fois ce travail réalisé, vous pourrez donner, échanger, vendre ou recycler via notre programme redonner ! Mais évitez de jeter (tendre toujours vers le 0 déchet) ! Le premier pas vers une garde-robe minimaliste et éthique  est de trier tous ses vêtements : pantalons, jupes, robes, débardeurs, tee-shirts, vestes, manteaux. Tout doit être passé au peigne fin. Il en est de même pour les accessoires de mode : chapeaux, chaussures, écharpes, bijoux, sacs, etc. Le but de cette étape ? Ne garder que les essentiels et sortir tous les autres. Pour ce faire, il est nécessaire de mettre de côté les
habits qui ne vous plaisent plus, qui sont trop grands et/ou trop petits, ceux que vous n’avez jamais osé porter, ceux qui sont abîmés et ne peuvent plus être réparés, etc. Ensuite, vous gardez les vêtements que vous aimez bien, que vous portez souvent et qui vous vont. Vous
serez peut-être étonné(e) par la quantité de vêtements possédés. A ce titre, sachez que près de 70% à 80% d'une garde-robe reste au placard voire certains vêtements achetés n'ont jamais été portés. Faire un grand tri dans votre garde-robe vous permettra de redécouvrir les beaux
vêtements que vous avez peut-être oublié. C’est  surtout une façon de “désencombrer” votre penderie et par conséquent votre esprit ! Une fois ce travail réalisé, vous pourrez donner, échanger, vendre ou recycler via notre programme redonner ! Mais évitez de jeter (tendre toujours vers le 0 déchet) ! Vous pouvez donner les habits que vous ne gardez pas à des proches, à des personnes dans le besoin ou encore à des associations comme la Croix-Rouge qui se chargeront de les distribuer, par exemple. Il vous est également possible de les échanger contre d’autres pièces qui vous plaisent. N’oubliez pas que les vêtements qui ne sont plus de votre style seront certainement aux goûts d’autres personnes. Vous avez éventuellement la possibilité de les vendre en direct ou via des applications de type Vinted, Leboncoin, vestiaire collective ou encore videdressing.com / videdressing.org ou bien en participant ou en organisant un vide-dressing entre copines. Ensuite, vous pouvez également recycler vos vêtements usagés en les apportant à des points de collecte textile. Une fois ce travail réalisé, vous pourrez alors identifier les pièces manquantes : un joli pantalon noir pour aller travailler, un petit débardeur que vous mettrez tout l'été...

ETAPE 2 : DÉNICHER LES MEILLEURES MARQUES DE MODE ÉCO- RESPONSABLES POUR VOS ESSENTIELS

Bonne nouvelle ! La tendance de la mode éco-responsable et éthique prenant de l'ampleur, tout son éco-système s'organise aujourd'hui ! Il devient donc de plus en plus facile de trouver de jolies marques au style pluriel et tendance et présentant un éventail de prix large.  
Bien sûr, Instagram est un repère pour ces toutes ces marques. En effectuant des recherches avec l'hashtag #modeecoresponsable #modeethique #modedurable, vous pourrez facilement accéder à un joli catalogue. Il existe également la plateforme Sloweare se positionnant en France comme label de confiance de la mode éco-responsable. Sloweare représente aujourd'hui une soixantaine de marques textile ayant été strictement auditées. L'annuaire proposé par The Good Goods, premier média mode & lifestyle éco-responsables, recence également pas mal de marques. Chacune a été invitée à répondre à un questionnaire et à apporter les preuves correspondant à chaque arguments éco-responsables avancés. Des markets place, distributeurs ou annuaires ont également vu le jour. Parmi eux :
  • wedressfair.fr
  • dreamact.eu
  • Bien ou Bien, la market-place mise en place par Ulule
  • l'annuaire de mode

Certaines bloggeuses sont également là pour proposer des répertoires de marques. Parmi elles, le dressing idéal, Happy New Green, Mademoiselle Coccinelle ou le site Bloomers. 
Bien sûr, nous en profitons pour citer directement certaines marques dont nous apprécions le positionnement. Parmi elles, Thelma Rose, Loom, 1083, Panafrica, Patine, 17h10 ou encore Hoopal (...).

GAGNER UN RAPPORT DE CONFIANCE AVEC LES MARQUES ET PORTER UN NOUVEAU REGARD SUR LES PRIX DES VÊTEMENTS


S'il vous arrive de vous questionner sur le tarif d'un tee-shirt à 7€50, il vous est aussi arrivé "d'investir" dans une jolie robe et pourtant, le tissu s'est déchiré après quelques utilisation. 

Le prix n'est donc malheureusement plus forcément synonyme de qualité. 

Pour s'y retrouver et évoluer en confiance, il est par conséquent important de pouvoir corréler le prix avec un niveau de valeur. Pour cela, certaines jeunes marques osent la transparence. Elles parlent de leurs conditions de production, de choix de matières, de prix justes, celui qui n'est pas margé à outrance. Elles ne font d'ailleurs que rarement des promotions et encore moins des promotions excessives. Ces marques ont à coeur d'indexer le prix sur la qualité de leur collection et de faire "le bien, le bon, le beau" !  

ETAPE 3 : POUR LE RESTE, ACHETER EN SECONDE MAIN, CHINER, ÉCHANGER, LOUER ET FAIRE DU NEUF AVEC DU VIEUX

Toujours sur ces mêmes applications précitées (Vinted, Le bon coin...) ou lors du vide-dressing organisé par votre cousine, vous pourrez racheter des pièces intéressantes pour compléter votre dressing.

Vous pouvez aussi louer des pièces exceptionnelles ! Plutôt que d'investir dans une jolie robe pour le mariage de votre meilleure amie, la location de vêtements s'avère être une alternative plutôt intéressante. Egalement certaines fashion addicts évoluent aujourd'hui avec un abonnement mensuel auprès d'acteurs comme le ClosetGrâce à un système de box, elles peuvent renouveler régulièrement leur garde-robe tout en évitant le processus produire-acheter-stocker ! Rappelons que le vêtement le plus écologique est celui qui n'a pas été créé !

Faire du neuf avec du vieux ! C'est une des méthodes encouragées par la Slow Fashion ! Encore appelé upcyclingelle est une option tout à fait intéressante pour une consommation plus modérée. Ainsi, vous pouvez détourner ou moderniser une partie de vos vêtements restés au placard. Avec quelques coups de ciseaux, du fil et quelques ornements, un vieux tee-shirt se transformera à merveille en un joli tote bag, un coussin original, une taie d’oreiller unique ou encore une petite housse de bouillotte.

A noter, la société Tilli propose un service digitalisé de couture à domicile dans certaines grandes villes de France : Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux et Aix en Provence. La plateforme permet de prendre rendez-vous avec un couturier pour une "simple" retouche de vêtement ou même une réelle transformation/modernisation de ce dernier. L'occasion de faire évoluer son dressing sans avoir à racheter ! 

En résumé, on commence par faire le tri et le vide.

On se concentre sur sa base (une jolie veste en jean, le débardeur, la petite robe noire, la jolie veste de tailleur, une veste en cuir ?)... Et on achète bien ! 

Pour le reste, on loue, on achète en seconde main, on redonne vie à des vêtements oubliés... 

Poste suivant

5 jours pour essayer avant d’acheter avec

5 jours pour essayer avant d’acheter avec