Produit ajouté au panier avec succès Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Quantité
Total
Continuer Commander
Publié le : 12/02/2020 15:29:05 | Catégories : Nos actus

Rencontre avec Sidonie D. cofondatrice de la marque éco-responsable Thelma Rose

Sidonie Dumoulin, cofondatrice de la marque éco-responsable Thelma Rose, se prête au jeu de l’interview pour Thelma Rose Le Mag ! Pour nous, elle revient sur son expérience d’entrepreneuse, sur les moteurs qui la guident… Elle se livre aussi à l’interview tac-o-tac, un jeu de questions plus rapides et plus personnelles.

TR Le Mag : Bonjour Sidonie, peux-tu te présenter ?

Je suis Sidonie Dumoulin. J’ai 43 ans. J’ai cofondé il y a 9 ans maintenant la société Kapital DS avec ma soeur Stéphanie en créant les marques De Mois en Moi (dédiée à la future maman) puis Thelma Rose. J’habite à Nice depuis un an et demi. J’adore ! J’ai 2 enfants - 11 et 4 ans - adorables … surtout quand ils dorment ????! Et un super mari ! 


TR Le Mag : Que veut dire Thelma Rose pour toi ?

C’est tout d’abord un immense challenge : redessiner les contours d’une marque de slow fashion que nous avons arrêtée il y a 2 ans maintenant, la relancer dans le but de la pérenniser sur un marché saturé et en mutation. 

Thelma Rose est aussi un grand bonheur car j’adore travailler avec ma soeur même si maintenant nous sommes à distance (NDLR : Stéphanie est à Fontainebleau). Le lien direct avec notre communauté est également assez génial. Les échanges sont sincères et bienveillants. Je m’adresse volontairement à nos clientes comme je le ferais avec mes amis. Et j’aime ce rapport « vrai ». Leurs témoignages sont d’ailleurs un merveilleux moteur. 

A travers Thelma Rose, je me bats pour des valeurs qui sont importantes pour moi : la bienveillance, le respect, la responsabilité individuelle et la justice, devrais-je dire justesse ! 

Sidonie et Franck, photographe de Thelma Rose et mariés dans la vie !  


TR Le Mag : Peux-tu détailler ? 

Dans le commerce comme dans la vie, beaucoup font n’importe quoi, sans aucune conscience des vraies conséquences ! C’est important pour Stéphanie et moi d’apporter du sens et de créer au sein de Thelma Rose une bulle de confiance qui soit chaleureuse et bienveillante.


TR Le Mag : Pourquoi avoir créé une marque éco-responsable ? 

J’ai eu la chance de réaliser un tour du monde à l’âge de 23 ans. Si ce voyage était très fun, il m’a aussi permis de découvrir l’envers du décor à certains endroits de la terre : la misère, la puanteur, la maladie et même la mort, la solitude, la pollution ! Bref ! Cela m’a considérablement impactée tant physiquement et mentalement que dans ma psychologie future ! A mon retour, je décide d’agir. Trop sensible aux problématiques humaines, je me tourne vers l’environnement. Et alors que l’écologie n’est une priorité pour personne, j’intègre Greenpeace, je crée une revue de presse La Minute Ecologique ou écris des piges. En 2010, quand Stéphanie partage avec moi son projet de marque de prêt à porter, c’est l’occasion de créer une entité à notre image. Les valeurs se posent naturellement.


TR Le Mag : Tu disais que vous aviez pris la décision de stopper et relancer Thelma Rose.

Thelma Rose correspondait à une demande : celle de nos clientes De mois en moi, enceintes, qui souhaitaient poursuivre l’expérience et celle de femmes qui trouvaient nos produits géniaux. Avec des coûts de revient importants mais aussi des exigences portées par des agents et boutiques, Thelma Rose évolue vers le basique de luxe. L’accueil est bon. La collection séduit ! Malgré cela, nous comprenons assez rapidement que cela nous prendrait beaucoup trop de temps pour imposer la marque sur un marché haut de gamme, saturé et en difficulté.

TR Le Mag : Et pourquoi avoir relancé alors ? 

En lançant des opérations de déstockage via des boutiques éphémères, nous avons rencontré des clientes nous faisant part d’un immense enthousiasme à l’égard de nos produits. Mais également, nous observions une consommation plus engagée. Aujourd’hui, nous sommes beaucoup plus attentives à ce que nous avons dans nos dressings. 

Notre constat était que nous avions pris la décision d’arrêter une marque avec une vraie profondeur alors que c’était en 2018 qu’il fallait la lancer. Mauvais timing ! Dommage ! La décision de relancer fût à la fois assez évidente et difficile à prendre. Il nous a fallu du temps et de la réflexion car notre volonté était de rendre la marque abordable. Nous avons ainsi retravaillé le concept de manière presque intuitive et avons fait le choix d’un e-shop pour éviter les marges revendeurs. Aujourd’hui, je suis très heureuse car à mon sens, la philosophie de la marque est vraiment intéressante. 

TR Le Mag : Quels sont vos projets pour Thelma Rose ? 

Nous évoluons aujourd’hui avec 2 maître-mots : la prudence et l’intuition. La collection automne-hiver qui se fait désirer, sera à l’image de la collection printemps-été. Pour le moment, nous construisons le présent. Nous proposons, écoutons et ajustons. Par exemple, la collection d’hiver accueillera les tailles 34 et 44, qui nous ont été très demandées. Nous avons plein d’idées pour la suite ! Mais il sera toujours temps d’en parler plus tard ! 

TR Le Mag : Merci ! Passons maintenant à l’interview tac-o-tac ! Un jeu de questions-réponses qui nous permettra de mieux te connaître ! Dans le désordre, tes petits bonheurs ? 

J’aime la convivialité et la spontanéité. Un joyeux BBQ et une bonne bouteille de vin partagés entre amis. Notre porte est toujours ouverte. C’est d’ailleurs un peu l’auberge espagnole à la maison. J’aime aussi une grande marche avec mes enfants dans l’arrière-pays niçois qui est juste sublime ! Une bonne session de capoeira, un diner romantique avec mon amoureux ! Ou partir dans notre vieux camion ! 


TR Le Mag : Ce que tu as fait de plus fou dans la vie ? 

Un tour du monde en sac à dos ! 


TR Le Mag : Le livre qui t’a le plus marqué ? 

Les cerf-volants de Kaboul de Khaled Hosseini m’a bouleversée. 


TR Le Mag : Un film récent ?

Nation Assassination de Sam Levinson pour sa traduction dans notre vraie vie avec l’importance croissante des réseaux sociaux, l’effet de groupe démultiplié par l’invisibilité de l’individu et la rapidité de propagation des messages ! 

TR Le Mag : Ton style de musique préféré ?

Difficile à dire ! Nous en écoutons beaucoup. Je travaille en musique. Et le soir, nous écoutons une multitude de styles avec une préférence pour le funk ! 


TR Le Mag : Ta dernière expo ? 

L’exposition Liberté hébergée dans l’ancien bagne de Nice ! J’ai adoré ! 

TR Le Mag : Tes destinations préférées ? 

Il y en a quelques unes j’avoue ! Pour des raisons différentes, j’ai adoré le Népal, l’Australie, le Canada ou Cuba. La destination qui m’a le plus marqué mais alors de très très loin reste l’Inde. A y repenser, c’est quand même Londres qui surpasse tout le monde. J’y ai vécu 2 ans et j’ai adoré cette ville de tous les possibles. 


TR Le Mag : Tes héros ? 

Churchill est un héros assez évident mais tellement incroyable tant pour son déterminisme et courage politique que sa personnalité redoutable et détonante !


TR Le Mag : Ta devise ? 

Tous responsables !

TR Le Mag : Et dernière question clé : plutôt Mojito ou Volvic ? 
Définitivement mojito ! 

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire

 (avec http://)