Produit ajouté au panier avec succès Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Quantité
Total
Continuer Commander

Tops

  • Le col roulé, votre essentiel de l’automne-hiver ? Indémodable, on le porte tel quel ou bien on le glisse sous un pull durant les plus basses températures. Le top éthique Anastasia de thelma Rose se distingue par sa coupe droite et son empiècement à la base du vêtement. Grâce à sa matière très douce à effet seconde peau et certifiée Confiance Textile...

    65,83 €
Résultats 13 - 13 sur 13.

Qu’est ce qu’un « bon » haut femme ?

Un bon top doit répondre à 3 critères essentiels :

  •        La qualité

La qualité des coupes, des montages, des matières, des finitions ! Un bon top est un top dans lequel on se sent bien et belle. Il doit être agréable à porter et il doit flatter la silhouette de la femme. 

  •        La durabilité

Le vêtement ne doit pas se déformer après une utilisation ni même perdre ses coutures ou encore s’effilocher après 3 lavages ! Il doit vous accompagner saisons après saisons.

  •        Le style ou plutôt votre style

Il doit aussi refléter votre style (voire votre personnalité) et s’accorder avec votre garde-robe déjà existante.

En résumé, un bon top femme est celui que vous portez régulièrement.

Quelle différence trouver en achetant un top féminin Made in France ?

Depuis plusieurs décennies de délocalisation, la qualité de notre garde-robe n’a cessé de se dégrader : choix de fibres de plus en plus courtes, vêtements mal conçus, cousus à la va-vite… Dans ce contexte, l’achat made in France reste aujourd’hui synonyme de qualité (et de facto, de prix plus importants). En termes de conception de vêtements made in France, cela donne des coupes dans le droit fil, des finitions soignées avec des points réguliers et solides, des marges suffisantes, des absences de bourrage, des points d’arrêt impeccables ect…

Plus globalement, pourquoi acheter un top d'origine française ?

Afin de multiplier les profits et de privilégier la performance financière, nombreuses marques mass-market n’ont pas hésité à délocaliser là où la main d'œuvre est moins coûteuse. Malheureusement, le modèle basé sur le combo coût faible x quantitatif de masse s’est généralisé au détriment de la qualité de nos habits mais aussi des atteintes portées aux travailleurs et à l’environnement. A noter, près de 90% du textile est importé en France aujourd’hui.

4 raisons nous ramènent ainsi à privilégier une consommation locale et plus généralement made in france :

  •        La conservation de notre savoir-faire français
  •        Le dynamisme économique local via la préservation de nos emplois
  •        les normes socialement respectueuses et les conditions de travail des salariés
  •        L’impact sur l’environnement

A l’évidence, un top qui a voyagé depuis la Chine n’a pas la même empreinte que celui qui a voyagé depuis la Mayenne pour arriver dans votre dressing. On notera que la mode émet 1,2 milliard de tonnes de gaz à effet de serre chaque année. (source : le revers de mon look, Ademe).

Également, la question des normes est centrale en termes de pollution. En UE, la réglementation REACH progresse pour mieux protéger la santé humaine et l’environnement contre les risques liés aux substances chimiques. Les mesures en vigueur, bien qu’imparfaites, visent néanmoins à protéger la santé des citoyens et des ouvriers en limitant leur exposition aux produits chimiques CMR (substances classées comme cancérigènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction), qui peuvent être particulièrement nocifs en cas de contacts fréquents avec la peau humaine.

Les réglementations dans les pays en développement concernant l’utilisation et la gestion de substances toxiques dangereuses pour le traitement et la teinture des vêtements sont davantage permissives, voire parfois inexistantes. A titre d’exemple, 70% des cours d’eau en Chine sont pollués en raison des substances toxiques provenant des textiles rejetés lors de la fabrication de textile.

Aujourd’hui, le regain d’intérêt pour le made in local / made in france et l’émergence de jeunes marques éco-responsables est à l’évidence très bénéfique.

Pourquoi est-il nécessaire de bien choisir ses tops basiques ?

Soyons clairs ! Tous les débardeurs ne se valent pas et tous les basiques ne se valent pas. Certains sont mal coupés et de piètre qualité quand d’autres sont des pièces à la fois « sobres et efficaces », confectionnés dans de sublimes matières et parfaitement coupés. Certains vous mettrons en valeur quand d’autres seront totalement insignifiants sur vous.

N’oublions pas que le top basique, incontournable de notre garde-robe, est un top que vous porterez en toutes occasions. Tour à tour, il pourra être kool avec un vieux jean, chic avec un joli pantalon noir, rock avec une paire de motarde, décontracté ou glamour avec une jolie paire de talons et un trait de rouge à lèvre...

Pourquoi est-il nécessaire de bien investir dans ses tops basiques ? 

Le top basique incarne dans l’imaginaire collectif une pièce un peu dénuée d’intérêt : sans réel style ni caractère, une pièce fonctionnelle en quelque sorte ! Considéré comme un achat incontournable, il est rarement l’objet d’un coup de cœur car il porte en lui cette grande simplicité et cette facilité un peu déconcertante. Un débardeur noir, c’est un débardeur noir, n’est-il pas ! Pourtant, c’est bien là une pièce essentielle de notre garde-robe, se suffisant à elle-même ou capable de mettre en lumière une pièce forte telle une jolie paire de chaussures Annabel Winship ! Dès lors, le top basique est un compagnon du quotidien.

Si la fast fashion nous a longtemps fait croire qu’un basique était un vêtement jetable, le regard porté sur nos achats évolue. Il nous amène à considérer davantage la notion d’usage, offrant au top basique une nouvelle aura. N’est-il pas davantage intéressant d’investir dans un débardeur que nous allons porter 500 fois plutôt que dans une chemise à pois rose que nous allons porter peut-être une fois ou deux !

La qualité de coupe, de matière et de finition et donc la longévité du top basique ne sont-ils pas clairement des éléments à privilégier ? Qu’on se le dise, racheter son débardeur noir parce que la coupe n’est pas au top ou parce qu’il n’a pas tenu la saison n’est ni économique ni écologique !